Autres "Fée" maison

Défouler les enfants pendant le confinement

Durant cette période particulière, tu as peut-être des difficultés à trouver des activités pour inciter tes enfants à se défouler. En effet, enfermés à la maison, peut-être sans jardin ou espace pour pouvoir courir librement, ils accumulent un trop plein d’énergie qu’ils laissent souvent sortir de façon anarchique. Et du coup, ça finit en disputes, en cris, pleurs… L’éclate, quoi !! Alors dans cet article, j’ai envie de te présenter des idées pour se défouler avec ses enfants pendant le confinement.

On habite en appartement mais on a la chance de disposer d’un petit parc au sein de la résidence. Deux fois par jour (en fin de matinée et en fin d’après-midi), j’emmène les enfants jouer dehors pour qu’il évacuent le trop plein d’énergie accumulé. Pour être sûre qu’ils se défoulent suffisamment, je leur propose divers jeux.

Les jeux d’extérieur

Afin de trouver des jeux à proposer à mes enfants, j’ai cherché dans mes souvenirs. Je me suis revue courir dans la cour de l’école primaire, avec un foulard en guise de queue. Il fallait attraper la queue des autres. J’ai proposé ce jeu aux enfants qui a eu beaucoup de succès. Normalement, il faut effectivement être nombreux mais déjà à trois, on a bien rigolé.

Grâce au site « règle de jeux de plein air« , j’ai trouvé d’autres idées. Je les ai adaptées pour pouvoir jouer avec mes deux enfants.

Jeu de la tomate

=> Accessoire : un ballon

Traditionnellement, le jeu de la tomate se joue en formant un cercle. Les joueurs se tournent le dos et écartent les jambes, de sorte que leurs pieds se touchent. Le but du jeu est de réussir à faire passer le ballon sous les jambes des autres joueurs, qui ne peuvent l’arrêter qu’en tapant dedans avec leurs mains jointes.

Pour parvenir à jouer à la tomate à trois, on a agrandi le cercle, sans que nos pieds se touchent. On y a aussi joué façon croquet : on s’est mis les uns derrière les autres en laissant une petite distance. Bien sûr, dans cette variante, le but est de faire passer le ballon sous les jambes de tous les participants.

Le béret

=> Accessoire : un objet à attraper

Le jeu du béret peut se jouer à deux. On délimite un terrain. Les enfants se placent chacun à une extrémité et on place un objet à équidistance des deux joueurs. N’importe quel objet fera l’affaire. Nous, on a utilisé une pomme de pin. Au top départ, ils doivent courir pour attraper l’objet en premier.

On ne respecte pas les règles classiques du jeu du béret. Cette variante permet cependant d’y jouer au minimum à deux (un adulte et un enfant au minimum).

L’épervier

Pour jouer à l’épervier lorsqu’on n’est pas nombreux, il faut au minimum un adulte qui acceptera de laisser l’enfant gagner un peu pour faire durer la partie. Et forcément, moins on est nombreux et plus la partie prend des allures de partie de loup. L’idée est de délimiter un espace de jeu et de demander aux joueurs de parvenir à le traverser sans être touché par l’épervier.

Partie de cache-cache

Les parties de cache-cache sont un grand classique chez les enfants. On a rarement besoin d’insister pour qu’ils aient envie d’y jouer. L’avantage du cache-cache c’est qu’il ne faut pas grand chose pour pouvoir y jouer et on n’a pas besoin d’être nombreux. On peut y jouer dehors, dedans, on n’a pas forcément besoin d’espace et ça développe la créativité.

Le loup, le loup glacé, le chat perché…

Autre grand classique chez les enfants, le loup et toutes ses variantes. Pour rappel, pour jouer au loup, il faut une cabane. On délimite donc un espace identifiable qui servira de refuge aux enfants qui ne sont pas le loup. Le principe du jeu est simple : un joueur est désigné comme étant le loup. Il doit toucher un autre joueur, qui prend sa place de loup. Dans les variantes connues des cours de récré, on trouve le loup glacé, où le joueur touché par le loup doit rester immobile tant qu’un autre joueur ne l’a pas délivré. On peut modifier un peu la règle en disant que le joueur « glacé » est automatiquement délivré après dix secondes.

Dans le même esprit, il y a aussi le chat perché. La différence entre le chat perché et le loup c’est qu’il n’y a pas de cabane à proprement parler à chat perché. N’importe quel endroit qui permet aux joueurs de ne plus toucher le sol peut servir de refuge. C’est un classique que les enfants adorent et qui leur permettra de se défouler à coup sûr.

Autres activités pour défouler les enfants pendant le confinement

En intérieur comme en extérieur, avec un peu de matériel simple et d’imagination, tu peux créer un parcours pour tes enfants. Passer sous des chaises ou monter dessus, passer sous une table, marcher sur une ligne imaginaire… En faisant appel à l’imagination de tes enfants en leur racontant une histoire (« sous les chaises il y a des requins, ne tombe pas »), tu vas éveiller leur intérêt et leur donner envie de faire le parcours. Tu peux peut-être le faire aussi avec eux. Tu peux aussi mettre en place des sortes de triathlon, voire plus, en leur proposant d’enchainer plusieurs activités sportives (vélo, puis trottinette, puis foot, puis course à pied par exemple).

De même, vous pouvez faire du sport en famille. Sur Décathlon.fr, durant le confinement, les séances de sport à la maison sont gratuites. Il y a de tout, pour tout le monde, même pour les enfants. Voilà une bonne occasion de faire d’une pierre deux coups, en entretenant sa forme, en se défoulant et en passant du temps avec ses enfants.

Et si les enfants laissaient parler leur créativité…

Dès les premières sorties, les enfants ont proposés eux-mêmes des jeux. Pour commencer, mon fils nous a proposer un jeu où un joueur essaye d’attraper un autre pendant qu’un troisième l’en empêche.

=> Le jeu de mon fils
Schéma du jeu inventé par mon fils

Le joueur B doit faire le tour du triangle et revenir à sa place initiale. Un peu comme au base-ball où le lanceur doit faire le tour du terrain pour faire un home run. Le joueur A cherche à l’attraper tandis que le joueur C empêche le joueur A d’attraper le joueur B. Ca te paraît trop facile ? Essayes, tu verras que cela n’est pas si évident. On y joue souvent depuis le début du confinement. Ca amuse beaucoup les enfants, on passe un bon moment et tout le monde se défoule.

=> Le jeu inventé par ma fille

Autre jeu inventé par les enfants, le jeu des dauphins. On se déplace en sautant, pieds joints, d’une zone A vers une zone B. Le but est de rejoindre rapidement la zone B. L’air de rien, en fonction de la distance choisie, c’est fatiguant ! Le jeu est simpliste mais nous n’en voudrons pas à ma fille qui n’a pas encore quatre ans.

=> Le jeu inventé par maman

Si tu connais « Là-haut », le dessin animé de Disney, tu connais très certainement Doug, le chien qui parle. Régulièrement au cours du dessin animé, Doug s’immobilise en disant « écureuil! ». L’idée m’aie venue de faire un jeu avec les enfants, basé là-dessus. Voilà l’idée : combiné à un autre jeu comme un parcours par exemple, lorsqu’un joueur désigné dit « écureuil », tout le monde doit s’immobiliser durant 10 secondes. Celui qui ne s’arrête pas ou bouge, a perdu, comme à 1, 2, 3 Soleil. Le jeu reprend, c’est maintenant au tour du perdant de dire « écureuil ».

Je conclus en disant que quelque soit les activités que tu choisisses, le confinement est l’occasion de passer du temps qualitatif avec tes enfants. Peut-être que tu continues de travailler. Moi aussi. Mais je garde tous les jours une heure dans la journée pour ce moment de jeu. Non seulement il permet à tout le monde d’évacuer le stress, mais il accroit notre complicité. Finalement, je crois que je n’ai jamais passé autant de temps de cette qualité avec mes enfants. Je ne me fais pas d’illusion, cela sera très dur à maintenir lorsque nous sortirons de cette « parenthèse ». Je pense cependant que le souvenir de ces bons moments saura me rappeler la richesse de ces instants partagés.

Pour retrouver mes autres articles en lien avec le confinement, c’est par ici.

Gabrielle

admin@jefeemaison.fr